Cliquez ici pour activer la lecture rapide
Moustiques

Pour survivre, l’Homme dressera des moustiques cannibales

De nombreuses espèces vivantes sont en voies de disparition sur terre, des milliers sont protégées et certaines disparaissent chaque jour. Avouez-le, cette phrase vous attriste et tout comme moi, vous préférez voir un homme mourir dans un film plutôt qu’un animal ! Dites-le ! Mais il existe une espèce pour laquelle vous comme moi n’éprouvons aucune compassion. Pire, sa disparition provoquerait bien une certaine joie au fin fond de nous, il s’agit du moustique !

Le très cher Culcidae (appelé moustique plus communément) est un poison, il pique, gratte, vole près des oreilles et vous empêche de dormir. Un problème de riche me direz-vous ? Pas tout à fait, le moustique est tout simplement l’espèce vivante tuant le plus d’être humain sur terre, de loin devant l’Homme lui-même. En effet, 500 millions de cas de paludisme sont recensés chaque année. Cette maladie, transmise par le moustique Anopheles, cause le décès d’entre 1 et 3 millions de personnes par an. Le continent africain est particulièrement touché : 80% des cas de paludisme y sont recensés, et on estime qu’un enfant africain en meurt toutes les 30 secondes. Mais alors devons-nous nous méfier ? Le moustique causera-t-il l’apocalypse de demain ?

Pourtant plutôt séduisant

À ce jour, 3 534 espèces de moustiques réparties en 111 genres sont répertoriées au niveau mondial mais un bien moins grand nombre pique l’homme. Seulement, Soixante-cinq espèces sont référencées en France métropolitaine et seules les femelles piquent, alors de quoi nous plaignons-nous ? Les moustiques nous rendent pourtant de grands services, il s’agit en effet de l’espèce permettant le développement floral le plus rapide au monde. Les adultes mâles et femelles se nourrissant de nectar de fleurs, ils participent à la pollinisation des plantes, au même titre que les papillons, et pourtant c’est mignon les papillons non ? De plus, il faut l’admettre, ses formes fines longilignes sont séduisantes et inspirent la vitesse et la précision. Enfin, les larves des moustiques représentent l’alimentation principale de nombreuses espèces essentielles à notre écosystème comme les oiseaux, les lézards ou encore les batraciens.

Vecteurs

Le constat est pourtant accablant… La liste des maladies mortelles transmissibles par le moustique fait froid dans le dos : La malaria, le paludisme, la dengue, la fièvre jaune ou encore le célèbre chikungunya qui ont fait des millions de morts ces dernières années. Le moustique serait le moyen le plus rapide de transmettre une épidémie devant la pollution des nappes phréatiques. Ce fléau est avant tout majeur pour l’avenir du continent africain qui est principalement touché par la prolifération des moustiques tueurs. En effet, les larves des moustiques se développent dans un climat minimum de 20°C ! Autant dire que tout le continent est concerné par le problème moustique.

La solution : le moustique Toxorhynchites

Des chercheurs américains (Université de Floride) auraient trouvé une solution efficace face à cette prolifération. Les autres laboratoires se concentrant sur des répulsifs en tout genre pour détourner les moustiques de leurs proies à des fins commerciales n’ont tout simplement pas pensé à s’attaquer au problème à la racine. Un moustique « éléphant » (de loin, les plus grands moustiques au monde, mesurant entre 0,5 à 1,5 cm),  appelé moustique Toxorhynchites, pourrait supprimer définitivement l’intégralité de son espèce grâce à son point fort, ses larves. En effet, celles-ci sont cannibales et se nourrissent principalement des larves d’autres espèces de moustiques. De plus, cette espèce ne s’attaque pas à l’Homme, ne pique pas (sa « trompe » l’en empêche !) et favorise le développement de la flore deux fois plus vite que les autres moustiques du fait de sa taille ! L’implantation d’une telle espèce permettrait non seulement de favoriser la sauvegarde d’espèces florales mais surtout de sauver la population de demain ! Vive le Toxorhynchites !

S’adapter pour survivre

Oui mais il y a un mais, le Toxorhynchites est fragile et s’adapte difficilement aux changements climatiques. Il vit dans des zones chaudes tropicales comme l’Amérique du Sud (40°C), cependant, certaines espèces ont été remarquées à New York, mais à l’heure actuelle, aucun Toxorhychites n’a été découvert en Europe. Des lâchers de moustiques ont été effectués en Floride ou encore à Tahiti permettant de réduire la population de moustiques dangereux sur place de manière fulgurante. La mission pour demain, modifier cette espèce pour sauver un continent !

Nicolas Gunia

Nicolas Gunia

Futurologue amateur. Parce que ce que j'étais hier, je le serai Demain.
Nicolas Gunia

@@NicolasGunia

#SKEMA #Accenture #Sales #alliances #IT #Cloud #Geek tout ce que j'écris sur ce compte n'engage que moi.
@TNT_ServClient @lnlanglois75 j'ai demandé un remboursement immédiat de la part d'@AmazonFR. Vous ne savez pas livr… https://t.co/4E2lkrO8qK - 3 mois ago
Nicolas Gunia
Nicolas Gunia

3 thoughts on “Pour survivre, l’Homme dressera des moustiques cannibales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *