Duel avec Covid-19 : Les arts martiaux japonais pendant la pandémie de coronavirus

Malgré sa renommée en tant que centre mondial des arts martiaux avec des traditions remontant à plusieurs siècles (oui, les samouraïs ne se contentaient pas de manier leur épée : il y avait des écoles, des professeurs, des techniques et des diplômes), il semble que le Japon ait finalement rencontré un ennemi qu’il ne peut pas vaincre : le Covid-19 ! Même si le pays dans son ensemble a réussi à gérer sa part de la pandémie de manière presque exemplaire, sa communauté d’arts martiaux a souffert car, évidemment, un art martial n’est pas quelque chose que l’on peut pratiquer seul. L’idée est que vous avez besoin d’un adversaire !

La déclaration de l’état d’urgence en avril n’était qu’une formalité : la plupart des dojo et des clubs d’arts traditionnels et modernes, respectivement, avaient déjà fermé au début du mois de mars. Malgré l’idée reçue selon laquelle les pratiquants d’arts martiaux ne sont pas très intelligents (vous savez, à cause des coups et tout ça), il ne nous a pas fallu longtemps pour réaliser qu’une activité qui exige, littéralement, un contact rapproché n’est pas exactement conforme aux directives concernant les « 3 C » (espaces fermés, lieux bondés, contacts rapprochés) que nous devons éviter pour tenir à distance le « Shingata Coronawirus » (c’est la version japonaise du « Novel Corona Virus »).

Donc pas de judo, pas d’aïkido, pas de karaté, pas même de sumo – oui, même nos mastodontes nationaux ont dû faire leurs combats devant des sièges vides, d’autant que l’un d’entre eux, Shobushi, 28 ans, est mort de Covid-19. Mais aussi pas de kendo et d’iaido (épées), pas de naginata (hallebarde), et même pas de kyudo (tir à l’arc) car même au stand de tir, on est trop près des autres archers. Et ce n’était pas seulement le sensei et le deshi (élèves) : la plupart des arts martiaux au Japon ne sont pas pratiqués dans de jolis petits dojo traditionnels en bois dans la campagne : ils sont pratiqués dans de beaux, grands, modernes centres sportifs municipaux qui ne voudraient certainement pas de la responsabilité malgré ce que le gouverneur et le gouvernement ont dit.

Alors, qu’avons-nous fait ? A peu près ce que tout le monde a fait : nous nous sommes entraînés à la maison – ce que vous êtes censés faire de toute façon, puisque le dojo est fait pour apprendre, pas pour s’entraîner ! Les arts martiaux sont une activité physique, nous avons donc trouvé des programmes d’exercices qui pouvaient améliorer les compétences relatives à nos arts respectifs et nous les avons suivis. Ajoutez un peu de suburi (pratique du maniement des armes : pensez à un boxeur qui s’entraîne sur le sac), de jeu de jambes, de respiration, et même de course à pied et de vélo (qui n’ont jamais été interdits ou même contrôlés au Japon, même pendant l’état d’urgence), et nous avons eu assez d’exercice pour nous tenir occupés et raisonnablement en forme.

masque facial pour arts martiaux japonais iaido protection contre le coronavirus covid19

Oh, et nous avons aussi fait (et faisons) du Zoom ! Les kata, c’est-à-dire les formes préétablies, constituent une part importante des arts martiaux japonais. Il n’a donc pas été très difficile pour les enseignants de mettre en place des séances d’entraînement virtuelles au cours desquelles les élèves effectuent des séquences de mouvements de leur kata et les enseignants les corrigent. Certes, le contact n’est pas là, mais au moins vous avez la sensation de vous entraîner avec d’autres personnes et que votre professeur peut, eh bien, zoomer sur vous et au moins vous aider à corriger votre forme. Ne nous faisons pas d’illusions : même dans le dojo, une grande partie de la pratique des arts martiaux est exactement cela.

Maintenant que l’urgence a été levée et que les dojos rouvrent lentement, les choses commencent à revenir à la normale – le mot-clé ici est « commencer », puisque nous devons nous entraîner à porter des masques (et occasionnellement des masques spéciaux comme le Masque d’arts martiaux Iaido que nous avons au Japon Trend Shop – ou même des essuie-mains tenugui !), garder la distance (et oui, cela peut être vraiment difficile à faire dans certains arts, donc nous devons improviser), avoir des horaires plus courts, prendre notre température au moins une fois (en allant au dojo), et tout désinfecter, les sols et les armes inclus. Cela signifie qu’en plus de devoir laisser votre katana à 10 000 dollars à la maison (ce n’est pas une bonne idée de l’essuyer avec de l’éthanol : pratiquement tous les matériaux utilisés dans un sabre et ses armatures en pâtiront), vous devez combattre la mémoire musculaire, car vous devez modifier des perceptions que vous avez construites pendant des années. Ce qui, d’un autre côté, peut être une bonne chose. Après tout, la compétence de combat la plus essentielle est l’adaptation à la nature chaotique du conflit.

lit pour chat en forme de tarte aux fruits

Cet article est une traduction de cet article

Guigro
Guigro

Ami de Demain, ultrop connecté.Demain vient à point à qui sait attendre.

Publications: 191